Perte d’autonomie

L’ironisme de l’autonomie en voyage en Amérique du SudCette section est une comparaison de l’autonomie vécue entre un voyage sportif organisé dans une van et un voyage touristique en Amérique du Sud. Nous aborderons un minimum de 4 autonomies perdues de façon ironique en changeant de style de voyage: Le transport, la bouffe, le dodo ainsi que les activités… On pourrait aussi ajouter un volet argent (dinero)!

Le transport

Évidemment dans notre petite boîte brune le transport était à notre entière disponibilité en tout temps (même s’il fallait parfois l’aider en la poussant)… En Amérique du Sud c’est très différent. D’abord les autobus semblent avoir des horraires originalement flexibles. Il faut apprendre la patience! Pourtant, lorsqu’on se retrouve dans un terminal d’une ville, les vendeurs semblent tous pressés de nous vendre leur billet d’autobus qui doit partir dans quelques secondes. Chacun crie… hurle la destination du bus pour attirer le plus de clients. Après le départ du bus… jamais vraiment urgent, il faut encore faire preuve de beaucoup de patience car malgré la présence du terminal à quelques secondes de marche, seuls les touristes semblent embarquer à cet endroit. Les autres (locaux) embarquent un peu partout dans la rue lorsque l’assistant du chauffeur qui a un pied dans le bus et l’autre dans la rue, fait de la vente sous pression en continuant à crier la destination aux passants… Le pire c’est que ça marche car l’autobus se rempli tranquillement… de gens, d’animaux et de vendeurs itinérants qui profitent de la lenteur du bus pour embarquer en courant vendre leurs bébelles (cornets, eau, jus, peanut, bouffe bizzard…). Une fois en route, nous sommes victimes du prix variables pour les touristes. Parfois nous sommes chanceux et d’autres fois moins!

C’est encore pire pour les taxis qui n’ont pas de compteurs et profitent des touristes pour faire quelques dollards de plus. Surtout la nuit car nous n’osons pas se promener à pied dans la ville. Heureusement, les taxis sont présents à profusion. Il ne faut jamais attendre plus de deux secondes pour en trouver un. La majorité ont des voitures, certains des 4 par 4 pour les routes difficiles et certains villages ont des bicyclettes pour transporter les gens.

Pour le train, les rails sont constamment en réparation, ils passent rarement dans la semaine (environ 2 fois…) et ils sont plus dispendieux alors peut être que plus tard nous aurons la chance de les essayer.

Le reste du temps, il faut compter sur nos jambes et marcher de nombreuses heures avec le lourd pack sac pour visiter les régions. A moins qu’on ait la chance de louer des vélos pour visiter alors c’est fantastique!

La bouffe

Dans la van c’était le paradis… Une glacière toujours bien remplie et un réchaud pour se fabriquer des festins de roi à prix très abordable… Sans oublier des épiceries avec une grande variété d’aliments… En Amérique du Sud c’est très différent! Nous avons un petit réchaud au gaz mais pas de possibilité de frigo et surtout peu d’espace dans les pack sac pour conserver la nourriture. De toute façon, nous n’avons pas encore trouvé une épicerie digne de ce nom. On peut seulement se procurer quelques fruits: bananes, ananas et pommes. On doit toujours éplucher les pommes, les ananas sont immenses à transporter et l’on se tanne des bananes. On peut aussi acheter du riz, des nouilles ou des patates… on en mange à chaque repas! A moins que l’on préfère manger le poulet qui court dans la rue. Il reste comme choix de dessert des biscuits au coconut ou des galettes genre magasin à une piastre. On comprend rapidement qu’il est plus simple d’aller au restau pour manger notre poulet frit avec nos patates frites. On peut se risquer pour un spaguetti plus dispendieux mais ce n’est pas leur spécialité! La variété n’est pas vraiment au menu du jour alors nous apprécierons à peu près tout à notre retour! Il semble que la fine cuisine ne fasse pas parti de leur coutume. Leur seul épice est le silentro (genre de coriende forte) qui lève le coeur! Leur seul avantage c’est que pour 10$US par jour on peut manger pour deux au restau trois repas par jour!

Le dodo

C’était la belle vie de dormir gratos dans notre van propre partout on l’on désirait. Aucun soucit de savoir où nous dormirons. C’est très différent en Amérique du Sud! À chaque nuit ou presque, on doit chercher un endroit sans trop de bébittes, à un prix raisonnable pour dormir. Pour avoir des toilettes privées et de l’eau chaude ce n’est plus un critère, on s’habitue. Dans certains hotels on préfère dormir avec nos vêtements pour ne pas se salir… Dans d’autres on doit dormir chacun dans un lit simple… On doit partager une oreiller ou un lit au confort très douteux.

Le pire c’est toujours notre première nuit dans une ville surtout si nous arrivons en soirée. On doit prendre un taxi qui nous déconseille l’Hotel suggéré dans notre livre en disant qu’il est peu sécuritaire. Il nous amène alors dans un hotel plus cher (il se fait certainement une cote) qu’on doit accepter si l’on ne veut pas passer la nuit dans le taxi.

Dans certaines auberges de jeunesse, nous avons la chance de rencontrer d’autres touristes et de partager de l’information.

Les activités

Avec tous nos jouets dans la van, il ne fallait que trouver les montagnes ou de l’eau pour s’amuser sans dépenser une cent… En Amérique du Sud c’est très différent! Si l’on se contente de manger, dormir et voyager en autobus populaire la vie est très abordable mais aussitôt que l’on désire visiter un parc alors il faut sortir l’argent. Au lieu de mettre des pancartes dans leur sentier, ils nous obligent à prendre un guide de la place pour chaque visite… Ils ajoutent que c’est très dangeureux d’être seul! Pour la montagne, la jungle, les parc, les sites archéologiques, les îles… tout nécessite un guide alors vive les dépenses si l’on veut voir un peu du pays! Sans oublier que l’on doit payer pour louer l’équipement nécessaire pour faire nos activités même si nous avons le même équipement à la maison qui était trop lourd de transporter dans nos bagages! À chaque activité son prix…

L’argent

Nous ajoutons cette section car il faut réaliser que dans notre van dans l’ouest, tout pouvait être payé par carte de crédit, carte de débit ou facilement retirer à la banque. En Amérique du Sud, il faut connaître la patience… peu de banque accepte les carte de crédit… c’est long, bureaucratique, peu accessible et il faut être prévoyant car le service n’est pas présent dans toutes les villes!

si par malheur il n’y a pas de banque, la devise s’effondre..

guide pourri

Nous dressons un portrait un peu sombre d’un voyage touristique en Amérique du Sud avec si peu d’autonomie dans une journée. Nous croyons que c’est aussi la beauté de découvrir une culture vraiment différente (il n’y a pas de doute!) qui vit avec les matières premières que la terre leur donne et une technologie très élémentaire. Vivre à la base avec un minimum permet d’apprécier tous nos luxes de grandes villes civilisées et moins prendre pour acquis toutes les chances qui s’offrent à nous dans notre vie.

Les gens d’ici sont à la base de la pyramide de Maslow. Ils cherchent à combler leur besoin de manger, se vêtir, se loger… Dans notre société, nous nous plaignons de ne pas rencontrer l’amour idéal, la job parfaite ou la voiture de l’année… Avec eux on apprend à apprécier chaque douche chaude, chaque repas mangeable, chaque autobus qui se rend à destination… Ils connaissent encore le sens du mot aider dans les villages et partager avec son voisin. Retourner à la source permet d’apprécier chaque moment de qualité que nous vivons. Ces gens dégagent une joie de vivre à travers leur pauvreté… nous avons à apprendre d’eux…

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s