Ouest USA – (jours 1 à 40)

La van fonctionne à merveille alors nous espérons qu’elle sera aussi fidèle avec mes parents. C’est encore mieux que ce que nous pouvions nous imaginer. Vivre dans notre petite maison roulante est un plaisir à chaque jour. La complicite de notre couple ne cesse de grandir. Il faut apprendre a se respecter et se comprendre après plus de 1000 heures de prèsence intensive. (Parfois on doit garder nos distances après plusieurs journées sans douche!) Nous avons la chance de pratiquer nos sports favoris et c’est vraiment super. Par contre, ne vous attendez pas de voir revenir des athletes car nous mangeons comme des cochons et sommes peu disciplinés dans notre entrainement. La seule chose certaine, c’est que nous avons du plaisir et recherchons les émotions fortes (oui les mamans nous sommes généralement prudents !)

Par ce récit d’aventures, nous cherchons à garder le contact en vous partageant notre bonheur, nos aventures et nos emotions. Surtout, n’hésitez pas à sauter des pages car nous sommes loin d’avoir des talents de redacteurs. Par contre, il nous ferait bien plaisir de recevoir a l’occasion de vos nouvelles. Les nouvelles ne seront pas toujours frequentes selon les pays que nous decouvrirons.

Semaine 1

Dimanche le 2 août (jour 1)
Party de départ chez les parents de Jolène agrémente d’une food fight avec le gateau a la creme.
Nous espérons que tous les petits cactus ont une vie aussi agréable et merveilleuse que la notre.
Lundi le 3 août (jour 2)
Les réparations de la Van sont plus longues que prévues (évidemment il fallait multiplier par trois le temps estimé, pas par 50%…) une nuit blanche nous aide a clancher les travaux malgré notre cerveau qui commence a sauter des coches! Les travaux sont: rideaux, un faux plafond interieur pour loger les voiles et les wishbones pour nos 2 planches a voiles, un rack extérieur pour barrer les kayaks et les planches.
Mardi 4 août (jour 3)
On achète un rack Thule pour mieux sécuriser notre équipement et sauver du temps. Enfin, c’est le vrai départ, beaucoup d’émotions et d’exitation a la fois. Nous ne réalisons pas encore que nous partons pour cette grande aventure. Épuisés, après plus de 40 heures réveillés, nous ne faisons que quelques kilomètres sur la 40 pour dormir dans un quartier résidentiel de Pierrefonds! La van est dejà bordel, y’a trop de stock!

Mercredi 5 août (jour 4)
On « droppe » du stock chez Carl à Hodson et on réorganise l’interieur pour moins étouffer! A Rigaud, un dernier arrêt pour obtenir une pièce de rechange importante pour la Van (Thermostat) et nous installons une nouvelle thermo-switch (plus efficace) qui part la fan du radiateur (on veut surtout pas sauter le moteur en route!
Nous partons enfin à 15h00…
On essaye de préparer le souper en roulant, wow quel luxe (manger de la bonne bouffe tout en roulant ). Peut-être bien que d’autres personnes trouverait ca B.S. et pitoyable de devoir faire à manger sur un petit coin de table avec toute la vaisselle qui suit les bosses de la route et un faux plafond qui semble sur le bord de nous tomber sur la tête a tout moment, mais nous ça nous plait bien…
Nous passons la nuit dans un motel 3 étoiles nommé McDonald…

Jeudi 6 août (jour 5)
Petite journée plate et tranquille de route à travers la monotone Ontario. Nous commencons à prendre le beat du voyage… une première panne. La van ne « starte » plus. Heureusement, quelques petits coups de marteau sur le starter semble régler le problème, du moins temporairement…
Pour se laver, on suspend le bac d’eau sur le bout d’un mat de planche à voile et on joue à la cachette avec les automobilistes qui passent. On doit aussi faire des petites randonnées en forêt à chaque fois que nous avoir des petits besoins naturels a évacuer.

Vendredi 7 août (jour 6)
Réveil dans la même chaine de motel 3 etoiles. Pour passer le temps en roulant, on chante, joue de la guitare écoutons même des cassettes de psychologie (Jolène va bientôt convertir Martin à la discussion et aux émotions… WOW)

Samedi 8 août (jour 7)
Le bord de la route est clôture de pancarte publicitaire nous invitant dans leurs incroyables sites. On s’arrête pour prendre des infos sur les options qui s’offrent à nous. Nous discutons la pertinence de dépenser des sous pour voir un site alors que notre objectif est de vivre des aventures. Puis, on choisit donc de visiter le Badland National Park par un chemin gratuit si on le traverse en 15 minutes (6 miles), ça valait la peine car c’est très beau. Arrivant a Rapid City SD, on s’informe sur les possibilités d’escalade dans la région. On apprend que les plus belles grimpes sont tout près du Mont Rushmore ou les têtes de 4 présidents americain sont sculptées à même le roc. La région est parsemée d’aiguilles rocheuses qui n’attendent que nos varappes (souliers d’escalade). On trouve un pseudo-camping en pente de montagne ou des jeunes Punks garochent leur haches sur les arbres près de notre Van. Pas trop hot comme place mais trop orgeuilleux pour rebrousser chemin…

Semaine 2

Dimanche 9 août (jour 8)
En quittant ce camping de Bum, la Van n’est pas capable de remonter la pente à cause de la rosée qui fait « spinner » les roues. Les Punks s’offrent de nous pousser, ouf nous sommes sortis. Toutes nos excuses pour nos préjugés envers ces jeunes ados…
Un fois le site d’escalade trouve selon le livre achète, on commence à leader une voie cotee 5.8 (intermediaire), tabaslak que c’est roff!, comment avons pu tant régresser? On réalise avec soulagement que le livre est plein d’erreurs et qu’il s’agissait d’une 5.11 (très avancé). Jolène apprend à leader, 2 chutes de quelques pieds lui font réaliser l’intensité de cette nouvelle tâche et des dangers reliées.
Nous réalisons que nous nous étions trompés sur l’endroit du camping Gratos, maintenant nos voisins sont des grimpeurs, plus des gentils pacifiques Punks. De plus, ce terrain de camping nous donne une vue prenante sur les montagnes environnantes. Est-ce le paradis ou la réalité? Une chose est certaine c’est vraiment fantastique!

Lundi 10 août (jour 9)

En bas de la longue côte entre le terrain de camping et la ville de Keystone SD, on remarque de la boucane qui pue sortir près des pneus avant de la Van, Martin s’y brûle en verifiant si c’est les freins qui ont trop chauffé… il a sa reponse. Il faut démonter le pneu pour voir si tout est normal, démonter le dash pour vérifier le niveau d’huile à frein (ah les Allemands…) tout semble en ordre, juste trop de poids à freiner avec une grande chaleur (36C).
De retour aux parois d’escalade, on recherche un nouveau défi et nous sommes servis: un longue 5.8 assez aerienne. Jolène propose de la leader.

Jolène – Je parviens à leader les 4 premieres bolts (40′). Je ressens un feeling indescriptible de peur, de défi et de dépassement. Martin parvient à mettre une bolt de plus mais doit rebrousser chemin car c’est trop debile en émotion. Nous sommes fiers et exités. J’ai comme la sensation que c’était trop mongole et je me promets que je ne recommencerai plus jamais.
Martin – Pourtant quelques minutes plus tard, elle complète une autre 5.8 en première de cordée et réussit une 5.9 en top rope. Un terrible « thunderstorm » s’abat sur nous et termine notre journée. On essaye un nouveau spot au terrain de camping car le notre est impossible a se rendre étant donne la pluie diluvienne. On arrive sur un dead-end sur le bord d’une falaise…le moteur calle…la van part plus… les petits coups de marteau rendu gros ne marchent plus (maudis Murphy)…Martin essaie de pousser… ca marche pas… la van avance d’un pied… nous devons attendre et espérer qu’elle parte et qu’il n’aie pas de glissement de terrain…
15 minutes plus tard elle repart comme si de rien n’était.

Mardi 11 août (jour 10)
Jolène – Une autre belle journée d’escalade s’annonce. Je sens mon agilité, ma force et ma confiance augmenter d’une journée à l’autre. Un autre terrible « thunderstorm » s’abat sur nous, Martin doit battre en retraite et abondonner l’équipement sur la voie. Après 20 minutes, on arrive à la conclusion qu’on doit quitter le site. Le sol est couvert de gros grésil de 1/2" de diametre.

Récuperation du stock sous les grondement du ciel puis le surgissement d’un coup tonnerre tellement puissant qu’il semble nous atteindre par sa proximité: surpris, on crie de peur…
On se dirige donc vers Custer State park toujours dans le South Dakota, sur la route, on a la chance de nourrir des ânes sauvages. Plus loin, ce sont une centaine des bisons d’une tonne qui nous acceuillent en traversant la route tranquillement avec leur petit moucheton. Quel spectacle! Nous débarquons alors de la Van pour les approcher… une maman bison nous témoigne son appréciation de notre proximité avec son bébé en nous dévisageant. On se rapproche encore… puis elle commence à charger ses 2000 lbs sur nous. Sans attendre notre reste, on déguerpit aussitôt à travers la « bouse » de Bisons avec le coeur qui veut sortir de la poitrine et on se réfugie derrière une autre auto. On se retourne pour la voir, elle broute paisiblement…c’etait juste un avertissement, OK on a très bien compris c’est qui le boss.

Mercredi 12 août (jour 11)
Nous avons entendu parle d’escalade possible dans le nord du parc Custer (Sylvan lake). Sur place, un vieux pouilleux nous conseille sur les grimpes a faire…on réalise plus tard que c’est lui qui a ouvert la plupart des voies. On débute donc avec une classique (5.4) mais de 50 mètres de haut.
Jolène – Je ressens presque la panique sur l’étroit sommet de la montagne, surtout en voyant Martin suspendu dans le vide pour m’asssurer, ce n’est pas rassurant! C’est une experience entre le plaisir ultime et mourir de peur.

Après la grimpe, on décide de profiter du lac. Trop plate d’être assis a la même place plus de 5 minutes, on décide de faire le tour du lac en escalade (canyoning)…une chute et c’est la saucette pour se rafraichir…on termine cette épreuve en traversant le lac à la nage et revenons à la plage en jogging. Belle journée complète et excitante. Surtout le 15 minutes de bitchage des gros américain(e)s sur la plage (Eh oui Annie-Guerda, je n’ai pas perdu mes bonnes habitudes!).

Jeudi 13 août (jour 12)
Le matin nous visitons le Jewel Cave National Monument à l’ouest du Parc Custer. C’est une grotte exeptionnelle (plus de 100 miles) mais il n’y a pas d’activités concrètes sauf regarder et compter le nombre de marche que nous devons monter et redescendre.
Jolène – Martin « choke » de faire une autre grotte (Wind cave) ou il faut ramper dans des passages de 24" par 10"durant 4 heures. Je prend mon courage à deux main et j’y vais avec un gang d’Amaricains ! C’est plein de cristaux speciales et de « moves » d’escalade. Je passe une belle après-midi même si je suis loin de mon homme qui relaxe en lisant dans la Van.

Vendredi 14 août (jour 13)
Petite avant-midi tranquille à acheter du hardware (colle, batteries…) à Casper, Wyoming. L’après-midi se passe sur la route qui mène a Grand Teton National Park . Les paysages sont de plus en plus beaux et les montagnes de plus en plus hautes…

Samedi 15 août (jour 14)
Journée des magasins de Kayaks et d’escalade pour connaître les possibilités de la région (Nous avons rapidement réalisé que les magasins de plein-air répondait mieux à nos questions que les centres info-touristiques qui nous indiquait les musés de la région). À 15h00, nous sommes déjà près à descendre notre première rivière (Snake river) du voyage. Le gars parlait d’une R1-R2, il s’agissait en fait que de l’eau vive ou prèsque. Par contre c’est un bon début pour faire un refresh.
Nous découvrons par la suite que nous avons fait la plus facile des 3 sections de la rivières « demain on fait la plus toff!!! »

Semaine 3

Dimanche 16 août (jour 15)
On se tappe la plus belle section et la plus épeurante (8 miles). Nous avons des problèmes de récuperation (sauvetage) losqu’un de nous déselle. Heureusement, la rivières est remplie de rafts et de kayakistes pour nous aider. C’est l’endroit idéal pour vivre de grosse émotions en toute sécurité.
Martin – Je parviens a esquimauter quelques fois mais je persiste a faire la grenouille 7 fois. « C’est pour pratiquer nos techniques de sauvetage » je lui dis.
Jolène – trop excitée de faire du rodéo sur les vagues que j’oublie de regarder ou je vais…je me dirige sur une grosse roche. Je met ma pagaie pour amortir le choc mais je me fait catapulter hors du kayak. Après m’être moi-meme récupéré, je dois partir à la recherche de Martin qui dévale la rivière en espérant retrouver tous ses morceaux. Heureusement, quelqu’un a sorti le kayak de l’eau et il nous attend plus loin sur le bord de la rive. Pauvre Martin il doit apprendre que le kayak est un sport qui se fait sur l’eau et non dans l’eau. Pour ma part, par chance que mon équilibre me sauve car mon esquimautage est très limité et absent en présence de courant.
Martin – Je fonce vers la même roche que Jolène, en perd mon kayak, je l’abandonne car il me tire vers le fond du remoue. Un raft m’embarque pour me secourir et récupérer mon kayak. J’ai bu pas mal d’eau, j’ai manque d’air… la peur me pogne… je ne sais pas si ça me tente de la refaire comme Jolène le fantasme.
Une chose est certainne, c’est que nous devons améliorer nos techniques…

Lundi 17 août (jour 16)
Journée d’escalade sur un mur d’une vingtaine de voies. Nous sommes slows a embrayer à y aller. Après la chute de première de cordée (Jolène) de 10 pieds (qui me laisse des souvenirs graves dans la peau), on retourne a l’auto et on mange comme des porcs. Nous vivons une baisse de motivation. Après discussion, on se fixe des objectifs à atteindre en escalade et on retourne à la paroi. De l’énergie est créée et Jolène lead et réussie la voie de la chute, youppi!! On grimpe deux 5.10a et une 5.9 en « top rope ». L’atteinte de nos objectifs est satisfaisant (Les parois s’appelait Telma et Louise comme dans le film ça me faisait penser à Annie).

Mardi 18 août(jour 17)
Martin– Je parviens à surmonter ma peur de cette rivière à gros rapides bouillonnants, mais ça me donne tellement des frissons l’idée d’y retourner que le flux me pogne…
Nous parvenons à passer aux mêmes endroits sans tomber trop souvent à l’eau, nous reprenons confiance.
Jolène– Pendant la descente, une averse nous surprend. Il y a du vent et de la pluie, je me sens comme dans un film de naufrage prit dans une énorme tempête. C’est fantastique comme sensation comme dans un film qui se termine avec un gros soleil.

Mercredi 19 août (jour 18)
Nous sommes devenus des adeptes. On se prépare a notre troisieme descente de cette rivière endiablée.
Martin a l’occasion de pratiquer ses esquimautages dans les rapides avec un succès pour deux tentatives…
On commence à avoir plus de plaisir à utiliser l’eau au lieu de se battre contre.
Après la journée, on se prépare pour le parc de Yellowstone dont les frais d’entrée sont de 20$. On dort a 5 minutes de la guérite, on se réveil durant la nuit (1:00am) pour la franchir sans payer un rond… qu’est-ce qu’on ferait pas…
On se couche sans trop savoir où nous sommes dans le parc.

Jeudi 20 août (jour 19)
Réveil en sursaut: quelqu’un brasse la van pour nous réveiller (des Jéhovas dans l’parc?!…) on est parké dans l’entrée de quelqu’un ou ils veulent nous collecter notre 20$ ardumment sauvé…oups. Le brasseur de van part quelques secondes… on en profite pour déguerpir comme des voleurs…
Nous amorçons donc une journée de tourisme pour relaxer la tendinite à l’épaule de Jolène (à cause du pagueyage intensif depuis quelques jours) et la lèpre de Martin (à cause qu’il mijote trop dans l eau). On déjeune devant un Geyser qui crache 100 gallons par minutes d’eau bouillante à 50 pieds de haut durant 20 minutes. Petit calcul énergetique à suivre…

Quel spectacle! Plein de « hot springs » et une trentaine de geysers boucanants. Y’a plein de petits chinois aux Kodaks ultra high-tech qui photographient plus vite que leur ombre et qui mitraillent ces phénomènes thermo-géologiques.
Puis on va voir des drôles de terrasses blanches avec des dégoulis oranges ultra acides, bref quelques choses qu’il n’y a pas ailleurs et dur a décrire (voir photos).
La visite du parc se termine en approchant à 30 pieds 3 cerfs dont une femelle qui « call » son homme pour qu’il revienne avec elle pis ses 2 petits… C’est une belle journée si on oublie l’odeur des oeufs pourris des geysers mélangé au dessous de bras de Martin qui aurait besoin d’un petit nettoyage en profondeur.

Vendredi 21 août (jour 20)
Lavage, torchage…
À midi on descend la Yellowstone river (R-II). Il y a une passe plus hot que prévue, Martin renverse dans les roches. On réussit notre premier vrai « rescue » (il était temps après autant de pratique).

On roule durant la soirée tout en philosophant. Dodo dans un « rest area » près de Missoula (Montana).
Samedi 22 août (jour 21)
À Missoula, on cherche les magasins de plein-air car ils sont les meilleurs info-touristes… À la sortie du magasin: on a un livre des parois d’escalade du Montana, on sait où sont les meilleurs spots de Kayaks et de planche à voile.
On commence par la planche. C’est à ½ heure de Missoula, aucun vent apparent… Le petit lac Brown semble perdu dans le champs. 4h00pm, le vent se lève (15 noeuds) juste assez pour se remettre dedans.
Martin – Je suis surpris qu’après 2 ans d’inactivités de planche, la technique (le peu que je connais) reviens immédiatement. C’est pas comme l’escalade et la guitare dont j’espère qu’à la fin du voyage je serai comme j’était il y a 3 ans…c’est donc bien moins frustrant.

Semaine 4

Dimanche 23 août (jour 22)
Pas de vent. On optimise l’amménagement de la van. Martin joue de la guitare pendant que Jolène part à la chasse aux ménés avec le kayak. Nous profitons aussi du beau temps pour améliorer nos talents dans un petit jeu de société. (Mariette et Raymond auront sûrement la chance de partager ce merveilleux passe temps dans la van avec nous)
4h00 le vent se lève encore (vents thermiques)
Jolène – Je manque de motivations sur la planche et j’abandonne. Martin prend la relève jusqu’a ce que les éclairs lui chauffe les fesses.

Lundi 24 août (jour 23)
Il nous faut 3 heures pour déjeuner et organiser le départ. Il faut admettre qu’il est difficile de faire plus de bordel lorsque les kayaks et les planches sont sortis. On se dirige vers la « Blackfoot river » a ½ heure du spot de planche pour une longue descente de Kayak (15 miles de R-2).
Jolène – À cause du faible débit d’eau, on pagaye 5 heures dans de l’eau plate et 2-3 R-1…pas terrible. En plus, Martin commence sérieusement à pourrir de partout: vite Aline poste la crème prèscrite pour sauver le pauvre « petit » Martin…
En finissant la descente, l’épaule de Jolène qui élance, la pourriture de Martin qui gagne encore du terrain combiné au froid qui nous transperce nous décidons (Martin) que nous méritons du TacoBell, miam miam.
Martin – Lecture des messages sur internet: c’est la première fois que Jolène essaye çà et elle stresse un peu. Son baptème s’est bien passé…
Jolène– Merci pour la patience de Martin à me supporter chialer devant un ordinateur. Papa a fait un bon deal en laissant mon homme s’occuper de ma formation informatique (mais attention, si j’attrape la picure nous allons nous battre pour l’ordi dans la van…) Je vous tiendrai au courant de mon évolution.
Soir: on roule vers « Clark fork river » pour une autre descente de kayak.

Mardi 25 août (jour 24)
La descente est la plus difficile que nous ayons faites jusqu’a présent. Beaucoup de R-2, quelques R-3 et une chute qui s’approche du R-4.
Jolène – J’ai d’ailleurs déseller (tomber sous l’eau sans parvenir à récupérer en esquimautant) dans cette passe et j’avais peur de me faire aspirer pas la double chutes sans compter mon orgueil blessé de ne pas l’avoir reussit. Il y a des dénivellations incroyables et du gros debit: les émotions sont au rendez-vous. Heureusement, l’eau est très calme entre les rapides. On sort de l’eau à 18h00 avec qu’un petit déjeuner dans le corps. On arrête faire l’épicerie pour acheter du pain. Martin en profite pour manger un gros beigne, et plein de biscuits aux pépites de chocolat…En arrivant à la van, Martin a mal au coeur et il part vomir son chocolat pendant que je soupe seule avec moi-même. J’espère qu’il aura sa leçon du sucre!
Martin – ça j’en doute beaucoup!
Jolène – Qu est-ce que tu doutes: Ta leçon pour le chocolat ou des grosses chutes dangereuses en kayak qui nous font peurs?

Mercredi 26 août (jour 25)
Escalade au sud de Missoula à Lolo pass.

Jolène – Je leade ma première parois où je dois ensuite assurer Martin en me suspendant dans le vide au sommet de la montagne. L’expérience est exitante. À cet endroit le type de grimpe est un peu différente. Avant nous avons surtout fait du face climbing (mur avec petites prises et des bolts pour s’assurer), ici on doit surtout utiliser la friction (pas de prise, on doit se fier qu’à l’adérance de nos souliers).
Après la grimpe, Martin promet de nous amener à un endroit extraordinaire de grimpes. C’est tellement unique que nous sommes perdus sur une trail de terre très loin avec seulement des animaux sauvages pour nous tenir compagnie. Àprès 2 heures de « gossage », il abdique et nous rebroussons chemin. Bravo Martin… Au moins le paysage était magnifique.

Jeudi 27 août (jour 26)
Un autre spot d’escalade à 1 heure de la veille (Kootenai canyon). On se lave dans la rivière glaciale du canyon. Il faut ajouter qu’il nous a fallu plus de deux heures de marche pour trouver le site qui était seulement à dix minutes de marche. Pourquoi tout est toujours plus long et compliqué avec nous? Heureusement que nous avons un an devant pour se rendre à destination… Bonne chance à maman et papa qui s’aventurent avec nous pendant une semaine.

Vendredi 28 août (jour 27)
Martin – On fait developper nos photos au Wal-Marde. Jolène avait hâte de pouvoir commencer son album de photos. En roulant vers Kalispell (Mn), on achète finalement mon harnais d’escalade (Jolène – en espérant que je serai meilleure maintenant) ainsi que quelques livres de kayaks pour améliorer notre technique, nos sauvetages et connaître les rivières intéressantes des USA. Un monsieur d’une boutique de plongée nous invite sur son bateau pour le lendemain. Pourquoi pas c’est gratos pis y’annonce beau…

Samedi 29 août (jour 28)
Nous faisons une plongée dans le lac Flathead à partir d’un bateau de riche. Il n’y a pas grand chose à voir mais c’est une bonne initiation des profondeurs car nous allons jusqu’à 65 pieds et jouons sur une épave de voilier (échouée au début de l’été). La bière est même inclus sur le bateau après la plongée. C’est une belle après-midi de vie de riche…

Semaine 5

Dimanche 30 août (jour 30)
Journée d’escalade près du lac Koocanusa dans la région de Stone Hill (Montana).

Jolène – Il fait très chaud et Martin est très patient pour supporter toutes mes émotions et mes discussions… Nous battons notre record de grimpes dans une journée (5 parois différentes dont une panoramique qui nous offrent une vue magnifique sur le lac Turquoise) J’en ai le souffle coupé (de peur, de forcage et de beaute…)

Lundi 31 août (jour 31)
Journée qui commence par un lavage car nous ne sommes plus certain si nous sommes très bronzés ou très sales… Nous retournons au même site d’escalade. Après une belle grimpe, nous décidons de relaxer dans la van car la chaleur est trop intense pour forcer (c’est mieux de manger du chocolat et des chips !). En fin d’après-midi nous faisons deux très belles grimpes.

La dernière, je dois rejoindre Martin qui m’assure en haut mais il est déjà 8h30pm et le soleil se couche. Je termine la grimpe avec ma lampe frontale. Ce n’était pas des petites emotions mais le paysage valait la panique vécu en montant et en redescendant… Youppi ! Vive le voyage, l’aventure et l’escalade…par un beau ciel etoile.

Mardi 1 septembre (jour 32)
Nous commencons la journée en lisant la lettre de septembre d’Anne-Marie (un gros merci et bonne chance pour ta dernière année d’université). Nous, c’est notre dernière journée dans ce magnifique site d’escalade. Nous débutons avec la parois nomme « Room with a view » et elle portait bien son nom.

On doit escalader un immense surplomb qui offre une superbe vue si nous prenons le temps de regarder mais c’est impossible. Nous avons les bras morts et ne parvenons même pas au sommet. Plus loin, nous tentons quelques parois mais sans parvenir à atteindre aucun sommet. On se dit qu’il est temps qu’on change de spot ou de sport… Nous partons vers Glacier Park … pour d’autres émotions!!!
En se rendant au parc, nous arrêtons sur le bord de la route pour consulter la map… Un homme arrête pour nous aider (après lui avoir confier notre itinéraire, il part sans vraiment nous renseigner clairement). Plus loin, nous devons encore nous arrêter pour consulter la map. Un autre homme revient pour nous aider. Il insiste malgré notre refu et repart finalement sur ses pas…? Nous commencons à nous imaginer un guet-a-pen pour nous voler ou nous attaquer. Nous avons la frousse mais la panique finale arrive lorsque nous voyons plus loin sur la route la tête arraché d’un cerf sur la route avec une énorme mare de sang. on change de direction pour un poste de police. On nous rassure en nous informant qu’il y a beaucoup de volontaires devoués dans la région. À demi rassuré, nous dormons dans une station d’essence ouverte 24 heures. Ce fut un bon roman policier qui se termine bien.

Mercredi 2 septembre (jour 32)
C’est une belle journée de kayak sur la middle fork de la Flathead river près de Glacier Park (Mn). On s’amuse dans une vague parfaite pour se pratiquer notre technique. La vue est magnifique (pour faire changement) et l’on peut voir à travers l’eau, turquoise et limpide, les rochers au fond de l’eau. Jolène ne pisse pas dans son wet pour la première fois.

Par la suite, nous entrons dans le Glacier National Park (gratos) et soupons devant un paysage grandiose du lac turquoise et de glacier tout près de chambre à 225$ par nuit. Nous sommes heureux dans notre petite van chaleureuse. Même notre plante semble apprécier son voyage. (elle fait jaser le monde qui passe…)

Jeudi 3 septembre (jour 33)
C’est notre vrai journée dans le parc. Nous faisons une randonnée de 3 miles où nous avons la chance de voir deux chèvre de montagnes à 6 pieds de nous. Nous poursuivons la visite en jouant dans des chutes d’eau glacial (évidemment nous sommes dans Glacier Park). Nous veillons près du lac Ste-Marie en chantant et jouant de la guitare devant un paysage qui n’a pas de mot assez intense pour traduire sa beauté au clair de lune.
Vendredi 4 septembre (jour 34)
Journée de magasinage et de route vers Calgary à la Mountain Coop Equipment pour compléter nos équipement sportifs et lire dans leur belle bibliothèque… Martin pourrait y passer des journées entières si je n’etais pas aussi contrôlante!

Samedi 5 septembre (jour 35)
Kayak sur la rivière Kanasaski près de Canmore (Alberta). Belle descente mais il manquait d’émotion car la rivière est plus calme à cette saison. On nous renseigne sur le barrage qui doit se fermer à 5h00. Nous ne savons pas vraiment où sortir et il est 4h50. Lorsque nous voyons des kayaks sur la rive, nous sommes soulagés et sortont immédiatement. Le couple d’Ontarien francophone on bien rit de nous voir s’inquiéter pour rien. Le couple (Gille et Nadine) est très gentil. Nous jasons pendant plus de deux heures sur le bord de l’autoroute (ce qui contribue a vider la batterie de la van). Après nous avoir boosté deux fois et indiqué des beaux sites d’escalade, ils nous invitent pour un agréable souper chez eux. C’est une soirée remplie de rire et de partage (çà fait du bien d’avoir un contact avec d’autres gens pendant le voyage). Nous allons finalement coucher aux pieds des parois d’escalade pour être certain de ne pas perdre notre journée à cause de la van qui refuse de partir. Nous dormons encore près d’un magnifique lac et des montagnes (nous faisons pitié avec autant de merveilles qui nous entourent. On doit prendre le temps pour les apprécier).

Semaine 6

Dimanche 6 septembre (jour 36)
Nous découvrons une nouvelle sorte d’escalalde, il s’agit de mettre nos doigts dans des trous de différentes grosseurs (on dirait du fromage suisse). Il y a beaucoup de monde mais c’est super. Nous roulons vers Banff (sans payer les frais pour entrer dans le parc, oups, çà devient une mauvaise habitude). Les wapitis se promène dans la rue comme les écureuil à Laval… Il mange les plantes des parc, c’est imprèssionnant de voir ces rois se promener dans la ville.

Lundi 7 septembre (jour 37)
Journée près du Lac Louise (Alberta). Nous avons même la chance de faire de l’escalade en bordure du magnifique lac touristique. Quel paradis!

Mardi 8 septembre (jour 38)
Bonne fête le frère! En ton honneur, nous décidons de faire une périlleuse descente de rivière sur la « Kicking Horse » et elle porte très bien son nom. Par mesure de sécurité, Martin choisit de m’assurer sur le bord de la rivière avec les cordes (peut-être parce qu’il est moins fou de moi). Après peu de temps sur la rivière, je tombe sur une « roche pleureuse » et la panique me fait lâcher ma paguaie. Martin a perdu plusieurs calories dans son cross-country pour récupérer plus de cent dollars qui dévalait la rivière. Heureusement tout se termine bien mais je ne termine pas la rivière car je suis trop chicken.

Mercredi 9 septembre (jour 39)
On visite la Vallée d’Okanagan et tentons de faire de l’escalade sans vraiment trouver l’endroit. Nous sommes anxieux d’arriver à Vancouver pour finalement y arriver vers 11h30 et dire bonjour et bonne nuit à Nathalie (la soeur de Martin).

Jeudi 10 septembre (jour 40)
Journée normale dans une vraie maison avec une vraie douche et une vraie toilette. Nous découvrons même une television. Nous passerons quelques jours à Vancouver pour s’organiser dans le lavage et des améliorations sur la van. Martin passe ses journées à surfer sur internet (il doit rattraper le temps perdu). Nous prenons même le temps de regarder Titanic pour ne pas être trop en retard à notre retour dans 325 jours approximativement.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s