Expédition dans l’arrière-pays (Utah)

Finalement notre dernière aventure se trouvait dans une ville incroyable du Utah… Moab, le paradis du plein air dans les canyons grandioses et la spectaculaire rivière Colorado… (Francis G. attention en lisant la suite car tu risques de vouloir venir nous rejoindre immédiatement… d’ailleurs ton filleul a souvent parlé de toi depuis deux semaines… On s’occupe bien de l’entrainer en vélo de montagne… Son objectif est de te suivre partout le plus tôt possible!).

Nous avons donc commencé par visiter le Parc National de Canyonland (secteurs des Needles) où nous avons fait des promenades  dans les roches rouges, les cavernes d‘indiens et les « potholes » (étang formé dans les rochers où des organismes vivants peuvent être observés). Notre terrain de camping était paradisiaque au milieu du sable rouge, des rochers, des cactus accompagné de couchés de soleil qui intensifiait le décor surnaturel.

Après avoir goûté à cette beauté, Martin décide de pousser l’aventure plus en profondeur. Il nous organise une expédition dans la White Rim Trail qui consiste à deux jours de trail en 4×4 dans un décor de ravins et de canyons à couper le souffle. Le sentier  a seulement six sites de campement dans toute sa longueur,  donc nous sommes complètement reculé de la civilisation mais profondément pénétré dans les beautés de notre planète. Je pense que les mots vont nous manquer pour transmettre l’intensité de cette aventure que nous avons eue le privilège de partager avec nos enfants.

Ainsi, la trail commence avec un incroyable zigzag qui longe le ravin pour descendre dans le canyon (véhicule 4×4 requis). Martin a eu la bonne idée de descendre en vélo pour prendre des photos en m’abandonnant seule avec les quatre enfants qui allaient découvrir des sensations intenses côtoyant la peur et l’émerveillement en regardant le ravin.… Au secours Martin, les freins du pickup sont-ils bien en ordre ??? Les mains moites et le cœur battant je suis contente d’arriver en bas où nous allons nous amuser pendant plusieurs heures à tester les capacités du pickup dans les trails. Nous sommes comme dans un rêve sur une planète déserte avec l’intense musique de Carmen Campagne et d’Annie Brocoli! Martin me retire temporairement mon droit de conduire lorsque je m’amuse avec les enfants à continuellement battre mon record de vitesse jusqu’à ce que j’atteigne 61 km/hr dans les serpentins de roche et de sable et… que le rack à vélo arrache et qu’un vélo manque à l’appel!. Martin me demande pourquoi je ne surveillais pas les vélos dans le rétroviseur et je lui réponds que ca avait l’air de tellement brasser que je préférais ne pas regarder en désajustant le rétroviseur…oups.

Après une bouffe, on choisit de poursuivre la balade en vélo avec Médrick et Maëlie pendant que l’autre suit en véhicule avec les deux jeunes filles. C’est beau, c’est beau, c’est beau wow!!! Après 70 km de trail dont la moitié en vélo nous arrivons sur le site du camping où nous montons la petite tente pour Martin, Loïkim et Maëlie pendant que moi je vais camper avec Médrick et Kaïlane dans la boite du pickup avec un ciel étoilé et un inoubliable couché de soleil. Le lendemain l’aventure recommence en vélo/pickup,  pour nous laisser un souvenir inoubliable.

Grimpe et moutons blancs

De retour à la ville de Moab trop d’activités s’offrent à nous et nous ne savons pas par ou commencer, comme si nous étions devant un comptoir de dessert. Nous débutons avec de l’escalade où les enfants nous impressionnent avec leur agilité. Médrick refuse d’abord de descendre en rappel pour finalement ne vouloir que descendre à la fin de la journée car il aime la sensation du vide.

Ensuite, nous décidons de d’explorer la rivière Colorado en zodiac avec le moteur mais… le lendemain l’appel de l’aventure est trop fort et nous choisissons de faire une autre section de la rivière incluant des rapides avec des grosses vagues. Je pense que les enfants ont génétiquement hérité du même gout que leurs parents des sensations fortes. Kaïlane, cachée dans sa veste de sauvetage, semble apprécier le froid de la rivière qui lui « splache » le visage. Martin apprend à manœuvrer son équipage pour nous amener à destination. Pour remonter la rivière par la route, on a encore recours au fameux pouce, mais avoir un enfant semble être un bon appât car les premiers passants nous embarquent rapidement.

Antigravité

Après l’escalade et le rafting nous repartons à la l’aventure en louant une jeep (modèle Rubicon pour Martin et jaune pour Maëlie!). Je me réchauffe  d’abord sur la trail du « Lion Back », les enfants rient de moi lorsque je cris de peur lors des descentes et des montées qui m’apparaissent être des murs infranchissables. Ca semble défier la gravité comme dis Martin! Nous partons donc affronter la « Fins n things » le matin et la Hell’s revenge en après-midi. Pourtant, Martin m’avait bien prévenu en arrivant à Moab que nous irions voir cette dernière en marchant car elle était réputée experte!. À la fin de la journée j’étais capable d’affronter les pentes comme un lézard qui colle aux parois rocheuses… sans crier et même en ouvrant les yeux. Suite à la location de la Jeep, nous avons le plaisir de louer une moto hors route (Honda CRF230). Les enfants font un circuit à tour de rôle avec Martin pour alimenter leurs émotions fortes car moi sans véritable expérience j’apprivoise les roches, les jumps et le pit de sable.

Orgueil et salto arrière

Finalement, au début de notre séjour à Moab, Martin s’était levé tôt pour affronter en vélo de montagne la célèbre « SlickRock Bike Trail » qui est une suite sans fin de montagnes russes sur fond rocheux. Comme la pancarte indiquait clairement de ne pas amener les débutants et les enfants Martin refusait aux enfants de l’essayer. Après deux semaines d’harcèlement de leur part, Martin part leur démontrer que c’est impossible à leur niveau mais… à sa plus grande surprise, Maëlie accepte de poursuivre à la course pendant que son frère la réussi courageusement. Wow! Comme je suis orgueilleuse, le lendemain matin je décide que je suis sûrement capable de suivre mon fils de 7 ans. Tout ce passe bien, malgré le fait que je le trouve atrocement plus courageux que moi et que j’aurais préférer faire la piste en marchant, mais comme j’avais une image à préserver… Malheureusement, voulant impressionner mon fils en bravant une montée sur mon vélo, je vois ma roue avant décoller de la roche et me faire culbuter avec un salto arrière de façon… passablement mémorable! Surtout que l’atterrissage sur ma cheville faible me rend incapable de marcher. La douleur me fait tomber dans les pommes chaque fois que je tente de me relever. Heureusement, un samaritain musclé m’a transporté sur son dos jusqu’au terrain de camping. Une entorse m’a donc fait ravaler mon orgueil. Donc Francis, tu sais maintenant quel coéquipier choisir pour tes prochaines aventures. Médrick a bien hâte de partager ta passion en vrai champion!

À travers toutes ces aventures, nous avons aussi pris deux jours de vacance pour visiter le « Arches Nationnal Park ». Les enfants aiment beaucoup faire les « juniors ranger » où ils doivent répondre à des questions et des jeux dans un livret sur des questions d’écologie suite à une promenade dans le parc. Ils vont ensuite chercher leur écusson-récompense. (Julie, les enfants ont hâte de parler à Vincent pour savoir lesquels parc il a fait).

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s