Les colocataires d’hiver dans la roulotte…!

Pour notre dernière étape de notre année sabbatique, nous avons réfléchi à différentes possibilités. Évidemment, la condition médicale de Maëlie étant notre premier critère de décision. Pendant tout l’hiver à Sun Peaks, elle a été suivi aux deux semaines. Des échographies démontrent une dégradation significative de son rein dans les derniers mois mais sa fonction rénale, monitorée par des prélèvements sanguins, semblent plutôt stable. Nous n’avons donc aucun indice clair pour prendre une décision.

Le médecin pédiatre, peu habitué de suivre une condition aussi aigüe, semble surpris à chaque semaine de voir Maëlie aussi en forme et s’attend à chaque semaine à une entrée d’urgence à l’hôpital. Considérant cet état critique, nous envisageons d’abord de rester dans la région et d’offrir nos services pour faire du bénévolat dans une ferme. Les enfants semblent apprécier l’idée. Nous envoyons une lettre de motivation à nos différentes connaissances dans la région. Plus le temps avance et moins nous avons de réponses. Martin commence à regarder le prix des billets pour Hawaï. En fait, nous cherchons une solution pour les quelques semaines d’avril qui seront trop froides pour camper dans notre roulotte au Canana. Le coût potentiel d’annulation semble trop élevé car il y a les réservations de maison et de voiture à Hawaï. On décide donc finalement de revenir à notre confort et notre chez nous, dans notre roulotte. Nous descendrons pour quelques semaines vers le sud ouest des États-Unis pour profiter d’un climat chaud. J’aurai ainsi la possibilité de revenir rapidement en avion avec Maëlie et Martin nous rejoindre en quelques heures avec la roulotte et les enfants en cas de nécessité médicale.

Nous sommes tous satisfaits de notre décision et partons en direction de Squamish près de Vancouver pour retrouver notre chère roulotte… Nous savions déjà qu’un petit travail de nettoyage nous attendait car nous avions vu quelques crottes de souris en allant chercher notre pick up en janvier… Mais là, la véritable surprise restait à venir…! Dans la catégorie des surprises qu’on pourrait bien se passer. OUACH!!!

Pendant que je m’occupais des enfants à l’hôtel pour la soirée, Martin part commencer le ménage pour accélérer les travaux. Il revient tard et complètement découragé. Il y a des excréments partout… l’odeur est infecte et tout semble contaminé. Le lendemain matin, nous partons en famille muni de gants et de masques pour venir à bout des cadeaux de nos visiteurs. Après une heure à mettre tous les lits, les vêtements, les jouets et l’ensemble de nos effets personnels à la poubelle, je sors le drapeau rouge. Les enfants pleurent leurs toutous et moi je retiens ma nausée devant des conditions aussi infectes… Nous déclarons forfaits et téléphonons nos assurances pour recevoir du renfort… surtout après la découverte d’un cadavre dans le lit des enfants… Un gros rat! C’est pire que l’Inde…!

Évidemment, tout ne s’organise pas aussi vite que nous le souhaiterions. Les assurances ne considèrent pas notre situation urgente puisqu’il ne s’agit pas de notre résidence principale. Tout le monde est en santé et nous apprécions relever les défis mais la vie dans une chambre d’hôtel ne faisait pas parti de nos premiers choix envisagés pour les prochaines semaines.

Nous devons louer un local pour entreposer nos effets décontaminés et organiser le grand nettoyage du printemps.

En attendant, les devoirs se poursuivent le matin dans la salle de conférence de l’hôtel et c’est la baignade dans l’après-midi. Mes moments préférés ne sont sûrement pas les déjeuners et les dîners par terre dans la chambre de l’hôtel. Mon budget n’apprécie pas tous les soupers au restaurant mais ma grande surprise c’est que les enfants ne sont même plus excités d’aller manger au McDo, mon estomac non plus. En fait, nous commençons à découvrir les saveurs des salades McDo… c’est sûrement un signe de trop grande fréquentation et d’écoeurement au royaume du hamburger. Peut-on être signalé à la DPJ pour excès de fast food?

En fait, le moment favori des filles, en m’excluant, fut le magasinage à Vancouver. Je pense que l’émotion était aussi grande qu’à Disney… Trois gros paniers remplis de vêtements, literies, serviettes et toutous… Toutes les peines ont disparues comme par enchantement. Je ne sais pas de qui retiennent nos greluches? Un vrai Noël des campers au mois de mars.

Finalement, les péripéties auront duré presque deux semaines… Tout est maintenant propre et neuf pour reprendre le départ vers le sud-ouest des Etats-Unis. Au programme : escalade, vélo de montagne et planche à voile tout en visitant les parcs nationaux.

//

Advertisements

Une réponse à “Les colocataires d’hiver dans la roulotte…!

  1. OUff! J’ai des palpitations à lire vos exploits! Très inspirant, mais je vais continuer de m’en tenir au ski de fond et à la raquette pour ma part!

    Je vous souhaite une belle continuité!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s