Le Vietnam – III – Montagnes et mer

Sapa : Petit choc météo

Nous utilisons pour la première fois notre grosse valise avec nos vêtements chauds (souliers, polars, manteaux, tuques et mitaines…). Pour affronter le brouillard et le froid des plateaux montagneux des rizières, nous sommes très heureux d’être bien emmitouflés. Dès notre arrivée, nous sommes sous le charme des minorités ethniques très colorées qui sont accueillants et magnifiques. Déambuler dans la ville et à travers le marché dans la bruine et le brouillard donne une ambiance mystérieuse et surréelle. La nuit, le feu du foyer et le grille pain (genre de grosse fan de lumière chaude) comme dirait Loïkim sont très utiles pour se réchauffer.

Martin a découvert une école pour décrocheur dans le village. L’école a pour mission de permettre aux minorités de s’insérer dans la société en leur offrant une dernière chance de scolarisation. Nous sommes très contents de participer en offrant une après-midi de bénévolat pour aider les jeunes à développer leurs habiletés en lecture d’anglais. Nos enfants ont aussi la chance de participer et d’observer la détermination des élèves à apprendre malgré que certains de leurs parents ne soient même pas en accord avec leur choix. C’est comme un désir personnel de vouloir s’offrir un avenir meilleur. Notre contribution à l’école fut modeste pour les élèves mais l’expérience fut riche pour nos enfants. Je me questionne même sur la possibilité de créer une alliance avec l’université de Montréal pour faire des stages dans cette école. Je pense que j’aimerais l’expérience de m’impliquer encore davantage… C’est à développer!

Pour la suite de notre aventure à Sapa, nous avons décidé de faire confiance à une dame dans la rue qui vient des villages des minorités ethniques, les H’mongs. Elle nous propose deux journées dans les villages et une nuit chez elle avec sa famille. Les détails de notre excursion ne sont pas trop clairs mais nous décidons de lâcher prise et de lui faire confiance.

Après une première heure de marche nous commençons à douter de notre choix. Les enfants sont déjà épuisés et Kaïlane a un rythme vraiment lent. Nous pensions faire la visite avec des motocyclettes mais il semble que le chemin sera encore très long. En fait, nous comprenons que nous aurons 10km de marche ardu à travers les montagnes, la bouette et le chocolat de buffalo. La dame qui se nomme May nous propose de téléphoner à son mari pour qu’il vienne chercher la petite en moto. Martin s’évite ainsi 3 km de marche. Pendant le trajet, nous croisons des enfants de 3 et 4 ans seul qui marche sur le bord de la route plus d’une heure matin et soir pour aller à la garderie. Ces rencontres vont changer ma vision de notre aventure ainsi que celle des enfants. Nous sommes maintenant tous fiers de marcher comme les habitants et de réaliser l’ampleur de leur défi physique quotidien. Nous croisons de nombreux enfants qui transportent des charges énormes pour de très longue distance pour contribuer aux corvées quotidiennes de la famille. Nos enfants sont très ouverts et empathique à tout ce qui se déroule autour de nous. Il semble que la marche nous permet d’être plus près de la réalité des gens. Nous avons presque la sensation de partager un petit bout de leur existence. Les gens sont tous extrêmement souriants et accueillants. Pendant la promenade, nous sommes accompagnés par de nombreuses marcheuses qui font le chemin avec nous et qui agrémente la journée de leur présence. Elles fabriquent des animaux avec des brindilles au grand amusement de nos enfants.

En route, May nous fait découvrir les différentes ressources de sa culture. Nous voyons comment écraser le maïs avec un moulin à eau et le moudre avec la force humaine. Les enfants peuvent en témoigner. Nous voyons aussi comment tisser le chanvre et le teindre en bleu avec les fleurs indigos. May m’offre même quelques graines de son plan de chanvre en me disant qu’elles feront de beaux plans de marijuana. Je ne suis pas certaine que les douaniers seraient du même avis. Nous visitons des écoles et un hôpital.

En marchant, nous avons l’impression de se situer quelque part entre le temps des hommes des cavernes et notre civilisation moderne. Les habitants construisent une route de béton avec leur bébé sur le dos. Les enfants nus qui courent et les chiens ou les cochons qui laissent leur trace sur le béton frais. Chaque maison est aussi fascinante à observer. Sans fenêtre avec une seule pièce chauffée par un feu qui est central pour ainsi cuisiner par terre. Nous sommes plus près d’une étable que d’une maison. Mais ce qui est commun, c’est la chaleur humaine qui s’en dégage et l’esprit d’entraide entre les habitants. J’oscille entre les admirer et souhaiter vivre parmi eux et la pitié de vivre dans des conditions aussi précaires.

Après notre longue journée de marche, il nous reste une dernière montée escarpée pour finalement arriver chez May. En étant plongée au cœur de la campagne dans des conditions préhistorique, avec ma famille… Je réalise un rêve. J’ai l’impression que c’est ma plus belle journée. Martin est bien content pour moi et m’informe qu’il est vraiment au maximum de ce qui lui est possible d’endurer comme condition!

Le plus fantastique c’est de pouvoir vraiment s’immerger dans leur vie l’espace d’une soirée qu’ils nous offrent généreusement. Martin : à condition d’être généreux $ à notre tour 😉


Nous faisons donc la connaissance du mari de May qui est très chaleureux et gentil. Ensuite, les enfants passent une partie de la soirée à construire avec la boue et des morceaux de branches des constructions imaginaires avec leur fils de 7 ans. Tous les animaux de la ferme sont aussi au cœur du plaisir des enfants. Entre la poursuite des poussins, nourrir les cochons, flatter les chats et jouer avec les chiens, ils n’ont pas le temps de s’ennuyer. De mon côté, je tente de m’impliquer dans la cuisine pour aider mais mon offre semble les offenser. Ils souhaitent me recevoir. Par contre, la femme de son grand garçon accepte que je m’occupe de son poupon de 5 mois qui pleurniche pendant qu’elle cuisine. Ma fibre maternelle est comblée avec cette petite poupée magnifique qui semble apaisée à mon contact. Mes filles sont folles de joie de cajoler un bébé. Par la suite, Maëlie se préoccupe de son autre fils quadraplégique qui est seul à l’extérieur. Kaïlane me supplie de sortir dehors pour lui montrer comment jouer avec lui. Alors la famille Heppell se transforme en mini chorale de camp de jour avec geste et rime. Son fils rit aux éclats. Cette famille incroyable qui s’ouvre à nous est émouvante. Ils sont travaillants, accueillants et toujours souriants!

Le moment du repas dépasse nos attentes. Après 3 heures de préparation, le résultat est succulent et vraiment abondant. Tous collés autour d’une mini table dans l’unique pièce, l’ambiance est parfaite.

Le moment plus difficile est évidemment pour les traitements de Maëlie. La toilette extérieure, dans le noir et le froid, est loin d’être ergonomique avec son trou et ses murs de pailles. Notre courageuse grande fille connaissait la situation avant que nous acceptions de partir et elle avait insisté pour vivre l’expérience. Elle est patiente et garde le moral même dans ces conditions très exigeantes. Nous sommes très fiers d’elle.

Le moment le plus cocasse est de loin lors du dodo. Nous devons tous monter en haut de la grange (qui est évidemment leur maison) et se trouver une place entre les poches de riz et les souris. Pour ces dernières, nous sommes sécurisés par les chats qui promettent de monter la garde toute la nuit. Les enfants rouspètent un peu pour se plaindre du manque d’espace. Nous devions nous mettre en position sur le côté pour mieux gérer l’espace exigu. L’avantage c’est que la proximité va nous permettre de combattre le froid pendant la nuit.

Le lendemain, les enfants refusent de partir. Ils se cachent pour gagner quelques minutes supplémentaires dans cette forme différente de paradis terrestre. Après les nombreuses semaines où nous exigeons beaucoup de la part des enfants autant pour s’adapter que pour s’ouvrir à de nouvelles cultures, nous sommes vraiment impressionnés par eux. Trois jeunes filles d’Israel qui partageaient la maison, nous faisaient remarquer que nos enfants étaient autonomes. Ils s’entraidaient et se mêlaient agréablement à la famille avec respect et empathie. Nous avons pris conscience du bout de chemin qu’ils avaient parcouru au fil des semaines.

La marche de retour fut plus facile. Comme si les enfants avaient acceptés cette nouvelle façon de visiter et l’appréciaient davantage. Il y a seulement Kaïlane qui fut bouleversé lorsque May a coupé les pattes de sa précieuse amie la sauterelle qui partageait la route coincé dans sa main. May voulait simplement l’aider en lui évitant que son amie à 6 pattes se sauve. Ma puce au grand cœur n’a pas vu la situation de la même façon. Nous avons tous bien rit. May a des stratégies uniques pour se faire pardonner. Elle a confectionné une magnifique couronne de fougères et de fleurs. Toute la peine est disparue! De plus, elle a porté Kaïlane sur son dos lors d’une longue descente très escarpée et glissante. Évidemment avec ses petites sandales de plastique. L’orgueil de Martin fut atteint!

Nous terminons la journée à bord de moto et offrons des aurevoirs émouvants à une famille que nous ne sommes pas près d’oublier…

Baie d’Along

Pour terminer notre aventure au Vietnam, nous partons en croisière. Nous sillonnons les magnifiques formations karst (falaises qui émergent) pour offrir un paysage incroyable digne de faire partie du patrimoine de l’Unesco. À condition de malheureusement fermer les yeux sur toutes les ordures qui flottent pour nous rappeler les milliers de touristes présents pour visiter cette merveille.

Lors de notre première journée : bonne bouffe, belle visite, bonne compagnie et décor éblouissant!

La grotte gigantesque était vraiment une surprise.

La promenade en kayak était trop brève mais exceptionnelle.

Le coucher du soleil fut un spectacle unique!

La journée se termine avec un dodo à la belle étoile!

La deuxième journée nous amène découvrir l’île des singes. Nous sommes très chanceux car ils sont nombreux à nous accueillir. Je n’oublierai certainement plus jamais qu’il n’est pas recommandé de se placer entre la mère et ses enfants pour prendre une photo. J’ai paniqué un peu quand les deux jeunes ont chargé sur moi en montrant les dents pendant que la mère me sautait dans les cheveux par derrière. Je me sentais moins femme de la nature qu’à mon habitude!

Martin : elle oublie de vous mentionner que c’est la prompte arrivée de son mâle alpha avec son bâton de bambou qui les a fait déguerpir 😉


Ensuite, nous sommes arrivés sur l’île Cat Ba… Sur la partie reculée de la civilisation et des touristes. Quelle plaisir de devoir pédaler 5 km pour accéder à notre bungalow en paillette à travers les villages typiques et la jungle. Nous sommes sur le bord d’un ruisseau rempli de petits poissons qui occuperont notre marmaille pendant notre bref séjour d’une journée et deux nuits. Nous profitons de l’occasion pour mettre le blogue à jour, planifier la Thaïlande, faire des devoirs et admirer la chance que nous avons.


Par Maëlie : Pour terminer notre visite du Vietnam, nous avons visité la Baie d’Halong qui est située complètement au nord-est. Pour se rendre , il a fallu prendre plusieurs bateaux. En entrant dans le bateau, nous avons dîné. C’est bizarre, car il y a plusieurs plats et tous les gens pigent dedans et se le mettent dans leur assiette. Ensuite, nous avons fait une excursion en Kayak. Médrick et moi étions dans le même kayak pour aller se promener entre les roches de la Baie d’Along. Nous avons vu un crabe gros comme une tranche de pain et ses pinces comme un kiwi. Ensuite, nous sommes allés voir une grotte, elle était vraiment énorme. Puis, nous avons eu du plaisir à prendre des photos sur le bord de plage devant le coucher du soleil avant de retourner à notre bateau pour souper.

Le lendemain, nous avons pris un autre bateau avec un guide qui se nommait Zoui. Nous sommes allés visiter une île avec plein de singes. Ensuite, nous avons continué beaucoup plus loin avec le bateau entre les roches pour se rendre sur une île nommée Cat Ba. C’est là que nous dormons. Pour s’y rendre, il a fallu faire 5 km à travers la forêt et les petites maisons faites en caca de vache. Rendu là-bas, nous avons vu qu’il y avait un petit ruisseau rempli de magnifiques poissons. Un des messieurs qui travaillent ici nous a demandé si nous voulions pêcher. C’est ce que nous avons fait pendant 2 jours. Nous en avons attrapé environ une centaine et un crabe. Nous les donnions à manger à la poule. J’ai adoré visiter la Baie d’Along… C’était magnifique!

Déjà la conclusion… snif

Le Vietnam est un véritable coup de cœur. Comment expliquer de tomber en amour avec ce pays. C’est d’abord la découverte de son histoire et de son peuple si courageux qui reste souriant et accueillant. C’est aussi son Delta du Mékong à visiter à la barque pour découvrir toute son animation sur l’eau. C’est ensuite Mui Ne pour du bon temps en social avec ses dunes, ses plages et son vent. C’est Hoi An, la ville des artisans qui nous charment et nous séduisent en nous permettant de mettre la main à la pâte. Sans oublier l’exceptionnel Sapa pour partager des moments inoubliables avec ses habitants des rizières. Finalement, le calme et la détente dans un paysage incroyable pendant la croisière dans la Baie d’Halong! Tous les ingrédients réunis pour sentir les émotions monter dans la gorge lors de nos dernières heures dans ce pays. Le Vietnam a su se faire apprécier et charmer tous les membres de la famille! Un heureux mélange d’histoire, de culture, de paysage, de sport et d’aventure avec des habitants attachants.

Advertisements

4 réponses à “Le Vietnam – III – Montagnes et mer

  1. Joyeuses Fêtes à toute la famille; j’ai eu une grosse pensée pour vous hier lors de la fête des Quatre-Saisons ! Je continue de vous suivre avec tant d’intérêt… Votre blogue est si intéressant… Bravo ! Gros bisous à tous… Danielle xxx

  2. Merci pour ce beau cadeau que vous nous faites partager. Mon coup de coeur de votre voyage est vraiment le Vietnam. Quel beau récit. C’est toujours un grand plaisir de vous lire.
    Je vous souhaite de passer de joyeuses fetes et une bonne et heure année 2013 .
    ( En passant, petite tempête de neige ce matin)
    Bon magasinage!!!!!

  3. Bonjour la famille Heppel.
    Je vous lis depuis le début et apprécie beaucoup vos histoires. Je dois de réagir à votre épisode de Sapa avec la famille de May. Comme vous le décrivez, vous avez vécu des moments merveilleux et enrichissant pour toute la famille. (Peut-être un peu moins pour Martin hi hi). Ceci m’a rappelé ma propre aventure dans ce pays, avec la rencontre inoubliable avec les familles des montagnes. J’ai beaucoup apprécié de voir en photos, les gens Vietnamien que vous avez rencontrés. J’ai ressentie la transformation qui s’est opéré en vous, ou je dirais plutôt que vous réalisez la transformation que ce genre de rencontre à sur vous. Vous avez vécue pendant quelques heures au rythme de leur vie. Il n’y a pas de meilleure expérience pour s’enrichir. Malgré leur style de vie précaire, ne sont-ils pas heureux! Un énorme Merci de partager cette aventure avec nous.
    Normand

  4. Bonjour et bonne année!!!! De retour au boulot, j’ai enfin le temps de lire vos aventures, Hihi !!! Premier constat, je commence à avoir peur de ne plus vous reconnaitre 😉 Une transformation qui semble vous apporter une nouvelle sagesse et une vision toute relative de votre parcours dans la vie! J’adore! J’en suis même à me dire qu’à l’heure actuelle, Maëlie et Médrick semblent avoir acquis une maturité qui ne cessera jamais de m’impressionner! Bravo! La référence à Hitler-Heppell est plutôt choquante et provocante, mais j’en suis à me demander si ce n’est pas un problème mental du type Cro-Magnon dictateur dont chaque homme doit apprendre à maîtriser! Subissant également l’effet ambivalent de la testostérone, je me dois de dire vives les femmes! Je peux imaginer ton bonheur la sœur de vivre et partager avec l’habitant. Même si cette aventure ne dura qu’une journée, j’image que les images et les pensées demeureront éternellement. Merci pour les infos sur l’école de décrocheurs. J’ai transféré les détails à mon amie Émilie. C’est exactement le type de travail-bénévolat qui la passionne! Médrick svp, garde un brin de cerveau pour nos journées de ski!!! Des backflips sur la tête, quelle agréable idée!!! En passant, nous avons un début d’hiver exceptionnel….Neige et reneige….Vive la poupou!!!! Et c’est encore meilleur au BC…..Comme toujours évidemment!!!! Attache ta tuque avec d’la broche!!! Maïlie, j’ai adoré ton texte « direct to the point » et ta vision sur la guerre du Vietnam…et ouf…il semble que tu n’as pas été censuré. Loïkim, j’imagine le bonheur et toutes ces belles journées parfaites que tu as dû vivre en visitant les galeries d’œuvres d’art du Mékong, ateliers de confections de lanternes et de poteries ou en admirant toutes les magnifiques œuvres des différents artisans vietnamiens. Et Loïkim, j’espère bien te revoir avec toute ta chevelure et saine d’esprit…Avec toutes ces aventures dans un stade de développement aussi important, tu deviendras certainement la plus exceptionnelle des filles, ados, femmes et ? Wow… Très hâte de skier et partager avec vous… certains de mes plans ont changé ces dernières semaines, mais advienne que pourra je passerai du temps avec vous en mars!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s